Louis Gardet (1904-1986)

André Brottier alias André Halaire – nom sous lequel il publia des textes littéraires aux accents gidiens dans les années 1920- est un philosophe thomiste, fidèle de Jacques Maritain, devenu petit frère de Foucauld en 1933, sous le nom de frère André-Marie. Spécialiste de l’islam ainsi que de la mystique comparée, sous le nom de Louis Gardet, il est un précurseur du dialogue islamo-chrétien. 

Ce « philosophe chrétien des cultures », ainsi qualifié par Maurice Borrmans, chercha à faire connaître l’islam et la société musulmane aux chrétiens à travers de nombreux ouvrages savants ou pédagogiques, seul ou en collaboration , notamment avec le dominicain égyptien, Georges Anawati et le philosophe musulman, Mohammed Arkoun. Disciple – avec distance – de Louis Massignon, il donne des conférences au centre Dar es-Salam – la « maison de la paix » – fondé par Mary Kahil au Caire. Il participe à l’édition posthume de l’œuvre majeure de Louis Massignon sur Hallaj de 1975 . Son article de 1946 « Humanisme musulman et humanisme chrétien. Conditions pour un dialogue » en fait un « pionnier du contact amical entre croyants », selon Dominique Avon . Il a été un consultant important pour le Secrétariat romain pour les Non-Chrétiens du Vatican pour lequel il esquissa les perspectives et les méthodes des relations avec l’islam, dans la lignée de la déclaration conciliaire Nostra Aetate  de 1965. 

Bibliographie : 

De Louis Gardet : 

« Esquisse de quelques thèmes majeurs », In Cahiers de l’Herne, 1970, pp. 73-80

Sur Louis Gardet : 

François Pouillon (Ed.), Dictionnaire des orientalistes de langue française, Paris, L’Harmattan, 2008, pp. 421-423

Maurice Borrmans, Louis Gardet : Philosophe chrétien des cultures et témoin du dialogue islamo-chrétien (1904-1986), Éditions du Cerf, 2010.

Maurice Borrmans, Prophètes du dialogue islamo-chrétien : Louis MassignonJean-Mohammed Abd-el-Jalil, Louis Gardet, Georges Anawati, Éditions du Cerf, Paris, 2009

BM